PENCHAK SILAT / FISFO.be - Académie Sezgin
 


CONTACT
Académie Sezgin

Centre Sportif des Ascenseurs
Rue du Manoir Saint-Jean
7070 Thieu

Téléphone : 0032 (0)497.546.193

 Chaîne Youtube
 Groupe Facebook




VIDEOS


LIENS


 
CHARLES JOUSSOT
CharlesJoussot
  • Président Fondateur FISFO
  • Professeur - 7e Dan Penchak-Silat
  • Ceinture noire 5éme DAN FFKAM/FFKADA
  • Conseiller en sécurité
  • Formateur de garde du corps
  • Consultant expert auprès de groupes d'intervention
  • Créateur de matériel de sécurité, police et self-défense
  •  Page Facebook


    Charles Joussot a découvert le Penchak-Silat à l'âge de 31 ans, ce fut alors la révélation. Il trouve dans cet Art Martial l'efficacité qu'il recherchait et se reconnaît dans cette façon d'aborder le combat. Cette soif d'efficacité, il la met en pratique dans la conception et la réalisation d'armes de défense et de sécurité que vous pouvez découvrir ici. En 1978, Charles Joussot découvre Maître Turpinj au travers d'un article paru dans le magazine Karaté qui retient toute son attention.

    A l'époque, Charles Joussot avait pratiqué quelques temps la savate avec le père de Jean Lafond, la boxe anglaise et un peu le karaté. Et ce fut la rupture de toute pratique sportive jusqu'au moment précis où Charles Joussot prend contact avec le Maître indonésien. C'est en 1978 que la rencontre se fait, Charles Joussot a 33 ans et Maître Turpijn lui démontre l'efficacité du Penchak-Silat.

    Aussitôt, Charles commence son apprentissage et brûle les étapes. En 1984, il ouvre son premier club rue de Dunkerque. En 1987, il ferme ce club devenu trop petit pour ouvrir un club plus grand situé rue de l'Ourq à Paris 19ème, qu'il fermera en octobre 1998 pour partir aux USA afin de continuer l'œuvre de son Maître.




    LE PENCHAK - SILAT par Charles JOUSSOT : 10.12.2015
    Après avoir pratiqué dès l'âge de 15 Ans la Boxe Anglaise , la Savate avec Monsieur Robert LAFFONT et le karaté sur une courte période à 21 Ans j'ai tout arrêté pour me consacrer à la musculation. A 25 Ans je commence à mettre un pied dans la sécurité et à 32 Ans je découvre dans le magazine Karaté un article présentant le Penchak-Silat, c'est en 1978, c'est Maître TURPIJN qui y est représenté, ce qui est écrit dans cet article m'accroche tout de suite, aussitôt j'appelle le numéro de téléphone donné et prend rendez-vous.

    A mon arrivée je suis assez surpris par la présence de l'homme, son regard, ses mains, cette voie qui impose le respect, ce qu'il me montre me convint immédiatement, à l'époque je travaille au journal HARA-KIRI en qualité de régisseur de presse aux côtés du Professeur CHORON et de son équipe de journalistes et de dessinateurs, je brûle la vie par les deux bouts puisque le soir je travaille en sécurité sans oublier que j'assurai aussi la sécurité du journal.

    J'adhère immédiatement à ces techniques, je sens que c'est ce qu'il me faut, pouvoir gérer et régler des situations délicates en un temps record, pas d 'interdits, pas de perte de temps en discussion débile mais plutôt s'imposer et se faire respecter.

    A cette première visite j'étais sur le point de partir en vacances au Kenya, j'avais déjà mon billet dans ma poche, à mon retour 15 Jours plus tard je commence aussitôt mon apprentissage dans cette discipline pour ne plus la quitter, aujourd'hui 37 Ans plus tard j'y suis toujours et n'ai pas l'intention de m'arrêter, j'ai encore des projets pour aller plus loin, former des gens qui pourrons transmettre dans le même état d'esprit avec respect, honnêteté ce que j'appellerai la lignée de Maître TURPIJN, je lui doit ce que je suis devenu aujourd'hui et c'est ma responsabilité comme celle de ceux qui sont ses DISCIPLES DIRECTS qui malheureusement sont peu nombreux, à ce sujet je précise que parmi tous les élèves que j'ai eu, que j'ai formé qui aujourd'hui enseignent leur méthode n'ont fait que le côtoyer sur des stages, c'est moi qui était son disciple direct et je me dois de continuer d'enseigner son Art comme il l'espérait afin que son nom reste, qu'il ne devienne pas un vague souvenir, pour moi Maître TURPIJN restera dans mon cœur et dans mon esprit , la seule chose que je regrette est de ne pas l'avoir rencontré 10 Ans plutôt.

    Du jour ou j'ai mordu dedans j'ai su que je ne pourrai m'arrêter, c'était comme une seconde vie, le PENCHAK-SILAT m'a révélé ma véritable nature, tout ce qui était enfoui au fond de moi est ressorti, il ma donné une totale confiance, moi qui était déjà vicieux sur le terrain, il m'a apporté la technique, le coup d'oeil, sa subtilité, je pensais Penchak, je mangeais Penchak, je dormais et rêvais Penchak. Le PENCHAK-SILAT m'a ouvert l'esprit, m'a permit de côtoyer énormément de Gens, il m'a ouvert de nombreuses portes dont entre autres celles de services officiels des plus prestigieux ainsi que certaines Académies de Police et d'autres services à l'étranger dont je suis pas autorisé à divulguer.

    Après six années d'un dur apprentissage, de voyages en Hollande pour m'entraîner avec Maître TURPIJN j'ouvre mon premier club rue de Dunkerque dans un local que le Professeur CHORON avait mis à ma disposition que je garde pendant 3 Ans, ce local est vite devenu trop petit, il fallait absolument trouver autre chose, ce Penchak me donnait un tel courage que rien ne pouvait me stopper, finalement en juillet 1987 je signe un bail rue de L'ourcq au 65 sur 300 mètres carré, j'y installe en sous sol une salle de musculation avec UV, Sauna et bar et au Rez de Chaussée la salle d'entraînement pour le Penchak, je faisait honneur à Maître TURPIJN pour mieux le recevoir et y organiser des stages afin de mieux développer sa discipline et pour ce faire je planifie 3 Cours par jour dont 1 de 15 H à 17 H réservé aux Agents de Sécurité ensuite de 18 H à 20 H pour les débutants et de 20 H à 22 H pour les autres, de 1987 à 1998 ou j'ai fermé le club pour partir aux USA j'ai eu 80 % des portiers de boîte de nuit de la place Paris, le PENCHAKSILAT était en plein essor à cette époque j'ai eu pour un seul club, une seule discipline et un seul Professeur plus de 4000 licenciés.

    Début 1999 je part pour LOS ANGELES, j'y ai déjà des contacts dont Dan INNOSANTO qui après m'avoir envoyé un de ses instructeurs pour se perfectionner et m'ayant fait la promesse de m'ouvrir une section chez lui si je désirais venir m'installer aux USA, je vais donc le voir en toute sympathie et lorsque je lui montre mon CV avec mes attestations de Police et mes reportages il me dit qu'il ne peu rien faire pour moi, il me propose donc de faire des flyers qu'il pourra me faire faire des stages chez ses instructeurs à travers les USA, chose que je fait bien entendu et c'est là que les choses ont mal tourné puisqu'il n'a jamais distribué mes flyers en me disant qu'il n'avait aucun pouvoir de décision car c'est sa femme qui dirigeait tout, à ce moment là une rentre dans une colère très grave devant témoins et heureusement je pense à mon visa de travail que je venais d'obtenir pour 3 Ans, de là je me présente chez Darren LEVINE par une relation, j'y suis très bien reçu et suis invité à faire un cours, là aussi l'affaire tourne mal quand ils me font revenir plusieurs fois et une fois de plus je montre les dents en leur faisant comprendre qu'il n'était pas bon de jouer avec mes nerfs ( toujours devant témoin ) à ce moment là un de ses instructeurs ( qui faisait partie de SWATTS me propose un créneau pour 30 minutes et rebelotte je monte d'un cran et finalement je reste sur le tapis 2H, une fois de plus sans suite car j'ai mis mal à l'aise l'instructeur de KRAV sur les techniques de défense contre armes à feu, entre temps j'avais été reçu par le responsable de la formation du FBI qui me dévoile la vérité et qui n'est pas du tout celle que l'on nous sert, j'ai également été reçu par STEVEN SEGAL chez lui comme vous avez pu le lire dans le magazine Karaté j'ai effectué des reportages dont Benny URQUIDEZ, Bob WALL, La fille de Bruce LEE, Richard NORTON, Michelle KRASNOO, Ed PARKER Jr, BONG Soo Han, Don WILSON Gene LEBELL le Roi du Grappling et bien d'autres comme Rénato MAGNO qui m'avait laissé les clés de son dojo pour m'y entraîner.

    A la finale il en ressort que je leur ai fait peur car ayant un ami à L A qui lui à un ami qui tient une très grosse salle de sport lui avait demandé s'il pouvait me donner un créneau pour faire mes cours, il lui a répondu : ton ami personne ne prendra le risque de lui ouvrir une section car le jour ou il ouvrira sa propre salle il partira avec notre clientèle ( je ne me suis pas fait virer comme un mal propre comme certains aiment à le dire ) d'ailleurs à ce sujet j'ai une nouvelle proposition pour L A et MIAMI. Toute ces démarches que j'ai pu accomplir, tous ces gens que j'ai et continue toujours de rencontrer c'est grâce au PENCHAK-SILAT et ce que Maître TURPIJN m'a enseigné.

    2001 je suis de retour en France, heureusement d'ailleurs car il a fallu tout reprendre à zéro, remonter les sections, retrousser les manches, c'est un nouveau tournant pour le PENCHAK-SILAT, en même temps c'est les débuts de FISFO organisme de formation professionnelle aux métiers de la Sécurité et Sûreté, ma réputation déjà bien affirmée affinée par la pratique de Penchak, ma carte de visite étant appréciable à fait le reste, je décroche la formation des Agents de Sûreté embarqués sur les vols avec mon ami Jean GILLET pour la Compagnie AIR FRANCE, ensuite je signe une convention avec des Hôpitaux de l'Ile de la réunion pour le personnel en Psychiatrie et Urgence que j'assure pendant dix Ans, un autre Hôpital celui de Clermont de l'Oise signe également une convention, une autre est signée avec le GPIS-GIE.

    D'ailleurs voici quelques références à notre palmarès, l'Académie de Police d'ANKARA, N Y, L A, Police et Prison de l'Ile Maurice, GSIGN SATORY, GSPR SATORY ( les Hommes du Président sous le mandat de Monsieur Jacques CHIRAC pendant 4 Ans, l'Armée de Terre à DJIBOUTI, la BREC de Versailles, la BAC N de Paris avec qui j'ai tourné, le RAID qui ont été les premiers à faire appel à mes services, un autre groupe au Maroc dont je ne suis pas autorisé à divulguer et actuellement un groupe de contrôleurs d'une compagnie Française de transports en communs et j'allais oublier l'EPIGN et la LEGION du Fort de Nogent dont j'avais confier la tache à Maurice ROSIER qui est toujours à mes côtés depuis plus de 20 Ans.

    Très sincèrement si je n'avais pas rencontré Maître TURPIJN qui à su me montrer plusieurs facettes du sa Discipline, je ne crois pas que j'aurais eu toutes ses ouvertures. Il est vrai que je pousse des coups de gueules, il est vrai que j'ai un sale caractère, mais ce n'est jamais sans raisons, c'est toujours justifié et je continuerai pour que le PENCHAK-SILAT de Maître TURPIJN soit enseigné dans son esprit, le respect n'est pas un tube de pommade que l'on passe pour assouvir ses désires du moment.

    En conclusion, si vous pratiquez le PENCHAK-SILAT vous aurez la bonne attitude, vous pourrez juger et jauger un adversaire d'un seul coup d'oeil, vous pourrez gérer une situation sans difficulté, vous aurez l'assurance, vous saurez vous faire respecter, vous prendrez conscience que dehors ce n'est pas aussi facile que sur un tapis, vous tiendrez compte et vous respecterez la législation en vigueur, vous respecterez votre Professeur comme vos camarades d'entraînement, vos adversaires, si vous ne respectez pas ces bases, alors c'est peine perdue.

    Le PENCHAK-SILAT n'est pas fait pour parader ni pour pour frimer, vous n'êtes ni au dessus des lois ni au dessus de personne, vous êtes vous même rien de plus, peu importe votre niveau, peu importe votre diplôme, sachez qu'un jour vous aurez la confrontation, c'est le passage obligé, le tapis c'est l'apprentissage et l'amusement, la vie c'est la rue, ne dites pas ce que vous n'êtes il n'y a aucune honte à être ce que nous sommes et ceci est valable pour toutes disciplines confondues.

    Le PENCHAK-SILAT vous donne la faculté de vous adapter à n'importe quelle situation. Longue vie au PENCHAK-SILAT, longue vie aux gens respectueux et honnêtes et que le nom de Maître TURPIJN reste dans les mémoires.

    Charles JOUSSOT
    
     

    Copyright www.fisfo.be - Tous droits réservés -Mentions légales.